Accueil ÉCONOMIE Interopérabilité du paiement en ligne : Vers une utilisation massive du e-paiement

Interopérabilité du paiement en ligne : Vers une utilisation massive du e-paiement

0
PARTAGER

Le service du paiement en ligne, au titre de l’interopérabilité entre Algérie Poste et le Réseau interbancaire est entré en vigueur le 23 décembre dernier. Un accord a été signé, en ce sens, par l’administrateur du Groupement d’intérêt économique de la monétique (GIE Monétique), Madjid Messaoudene, la directrice générale d’Algérie Poste, Baya Hanoufi, et la directrice générale de la Société d’automatisation des transactions interbancaires et de monétique (Satim), Nawel Benkritly, en présence du Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, des membres du gouvernement et du gouverneur de la Banque d’Algérie.

Madjid Messaoudene, administrateur du GIE Monétique :
« Il n’y a plus de restriction sur le paiement en ligne »

L’interopérabilité du paiement en ligne est désormais effective. Qu’est-ce que cela représente pour le paiement électronique en Algérie ?
C’est une grande avancée pour le paiement électronique en Algérie, puisque cette interopérabilité va permettre aux porteurs de carte Edahabya d’Algérie Poste d’effectuer des transactions E-Payement sur les sites de web marchants domiciliés chez les banques et aux porteurs de carte CIB d’effectuer des transactions E-Payement sur les sites de web marchants domiciliés chez Algérie Poste. Il n’y aura, donc, plus de restriction sur le paiement en ligne, quelque soit le type de carte bancaire algérienne domestique, c’est-à-dire bancaire ou postale. Le paiement sur internet est désormais possible auprès de n’importe quel commerçant affilié aux banques ou à Algérie poste et sur n’importe quel site web marchand, acceptant déjà le paiement par internet.

Comment se présente aujourd’hui l’adhésion des commerçants au commerce en ligne ?
L’adhésion des commerçants au commerce en ligne est sur une tendance moyenne. Il y a quand même des commerçants qui demandent de vendre en ligne et d’accepter le paiement en ligne. Nous avons engagé des facilitations pour mettre en œuvre les sites web marchands et accepter les paiements électroniques, à travers le portail électronique cibweb.dz. Cela permettra, avec l’interopérabilité qui vient d’être lancée, d’encourager le commerçant à aller vers le commerce électronique. Car, notons le, il y a une population de 10 millions de porteur de cartes qui, désormais, peuvent payer leurs achats avec ces cartes, à travers internet. C’est quelque chose qui va être attractive pour les commerçants à vendre par internet et accepter le paiement électronique.

Où en est-on, actuellement, dans l’utilisation des cartes CIB et Dahabia, en termes de nombre d’utilisateurs et d’activité monétique ?
Je dirai que c’est une utilisation moyenne, parce qu’il faut quand-même un effort de communication, d’adaptation pour connaitre ce service. Ça avance de mois en mois et nous constatons une évolution d’utilisation des cartes de paiement électronique par leurs porteurs. Chaque mois, nous enregistrons aussi de nouveaux venus effectuant des paiements par internet et, à travers une bonne communication et une bonne prise en charge de tous les aspects liés aux réclamations, nous pourrons faire avancer les choses et avoir un bon nombre d’utilisateurs de paiement par internet.

Comment appréciez-vous les propos du Premier ministre qui a donné des orientations et relevé certaines contraintes liées au paiement électronique ?
Le discours du Premier ministre contient beaucoup d’orientations envers les acteurs de la Place, l’objectif étant de parvenir à une cohésion et une dynamique de relance du paiement électronique. Le Premier ministre a évoqué les objectifs à atteindre dans ce domaine et a insisté sur la nécessité qu’il y ait une bonne collaboration entre les différents acteurs de l’écosystème pour réaliser les objectifs en la matière. C’est un discours encourageant qui a relancé l’intérêt accordé au paiement électronique et notamment à l’inclusion financière.

Les Start-up algériennes sont-elles impliquées dans le développement du e-paiement en Algérie ?
Absolument. Nous recevons périodiquement des Start-up qui veulent s’impliquer et réaliser des choses dans ce domaine. Il y en a celles qui ont déjà démarré avec des produits qui commencent à être connu sur le marché, d’autres qui arrivent en proposant des produits. Nous les accompagnons et les assistons, notamment à travers notre portail électronique pour leur permettre d’être une force de proposition et de prise en charge de tout le système e-paiement algérien.

Quelles seront les prochaines étapes du développement du paiement électronique en Algérie ?
La prochaine étape sera celle de la généralisation des TPE et du dispositif d’acceptation des commerçants, l’enrôlement des commerçants pour le paiement par internet et la vulgarisation du e-paiement, à travers la massification des cartes, des nouveaux produits, afin de mettre à la disposition du citoyen un moyen de paiement moderne adapté à son activité ou à sa culture.
Propos recueillis par Hacène Nait Amara

Nawel Benkritly, DG de la SATIM
« Nous allons vers une utilisation massive du e-paiement »
« L’entrée en vigueur de l’interopérabilité du paiement électronique sur internet est une grande étape qui va permettre une utilisation massive du e-paiement à l’échelle nationale. C’est quelque chose de très important pour la généralisation de l’utilisation des cartes de paiement électroniques. Nous voyons, dès maintenant, que le fait d’avoir mixé les deux réseaux, bancaire et postal, a engendré des deux cotés une augmentation sur la demande des cartes. Aussi, cette évolution dans le paiement électronique permettra de renforcer la confiance des utilisateurs envers le système dans sa globalité ».
H. N. A.

Baya Hanoufi, DG d’Algérie poste
«Tout le monde est gagnant »
« La signature de cette convention officialisant l’entrée en vigueur de l’interopérabilité du paiement en ligne permettra à l’ensemble des clients d’Algérie poste détenteurs de la carte Dahabia de pouvoir bénéficier des services offerts par l’ensemble des web marchands déployés par les banques. Cela va permettre, comme nous l’avons fait à travers les GAB et les TPE, d’avoir plus de détenteurs de cartes et, partant, plus d’achats sur internet. Tout le monde est gagnant à travers cette interopérabilité, en l’occurrence les banques, la Poste, les commerçants et les citoyens. Toutes les infrastructures techniques sont maintenant là et nous devons, maintenant, faire des efforts pour développer davantage de web marchands et du contenu pour que les citoyens puissent effectuer des transactions électroniques en ligne et éviter tous les déplacements au niveau des banques ou de la Poste »
H. N. A.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here