Accueil DOSSIER Abderrahmane Zourez, Directeur central des assurances Transport Multirisques et Risques Divers :...

Abderrahmane Zourez, Directeur central des assurances Transport Multirisques et Risques Divers : «La convention CNMA-CAPA offre beaucoup d’avantages aux professionnels de la pêche»

0
PARTAGER

Les pêcheurs ont bénéficié des prestations d’assurances complémentaires et ce dans le cadre d’une convention de partenariat entre la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) et la Chambre algérienne de la Pêche et de l’Aquaculture (CAPA). Selon Abderrahmane Zourez, directeur central des assurances Transport Multirisques et Risques Divers à la CNMA, la convention revêt une importance capitale pour les pêcheurs dans la mesure où elle garantit la protection des professionnels de la pêche des dangers, les indemniser pour toute nuisance subie pendant l’exercice de leur activité. La CNMA s’est engagé, dans le cadre de cette convention, d’assurer une meilleure intégration du sociétariat, et ce, à travers l’ouverture du capital social CNMA au profit des professionnels de la pêche et de l’aquaculture. Dans cette interview qui suit, Abderrahmane Zourez, a énuméré l’ensemble de mesures d’accompagnements mises au profit des pêcheurs contenues dans cette convention.

Entretien réalisé par Lynda Mellak

La Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) a signé en aout 2020 une convention d’assurance et de partenariat avec la Chambre algérienne de la Pêche et de l’Aquaculture (CAPA) permettant l’accompagnement des professionnels du secteur de la pêche. En quoi consiste-il cette convention ?
Effectivement, la CAPA et la CNMA ont signé une convention d’assurance et de partenariat permettant l’accompagnement des professionnels du secteur de la pêche avec des produits d’assurance conformément aux spécificités de leur activité. Cette convention est à même de garantir la protection de cette catégorie de professionnels des dangers, les indemniser pour toute nuisance subie pendant l’exercice de leur activité, en assurant l’accompagnement technique et l’orientation durant leur parcours professionnel.
L’ensemble des produit que comptent la CNMA couvre jusqu’à 90% des activités de la pêche et de l’aquaculture qu’ils s’agissent des activités principales ou des activités connexes.
Ainsi, les activités principales se réfèrent à tous ce qui est assurances sur corps de navires (la pêche maritime et continentale), les assurances aquacoles (conchyliculture en off-shore (mer ouverte), pisciculture marine en off-shore & on-shore, pisciculture en eau douce (étangs et bassins en dur) et les assurances patrimoine. Pour ce qui est des activités connexes, elles peuvent conduire à l’élaboration de plusieurs produits d’assurance, notamment dans le cadre de la branche IARD (Incendie, Accidents et Risques Divers). Cette branche prend en charge le patrimoine, ainsi que les couvertures d’assurance de responsabilité civile. Ces garanties concernent particulièrement les espaces lies aux activités de la pêche (Ports de pêche, criées, points de vente…), et aux ateliers construction et la réparation navale : Moyens et équipements de mise à sec des navires. Le conditionnement, transport et transformation des produits de la pêche et les conserveries, les tunnels et chambres froides pour l’entreposage des produits de la pêche et l’aquaculture, fabrique de glace … La CNMA dispose également d’une filiale assurance dédiée à l’assurance des personnes(maladies, accidents et voyages).
Nous rappelons que le tarif de la garantie mortalité cheptel aquacole est fixé en fonction des espèces élevées et selon les conditions tarifaires arrêtées par le réassureur, et ce, en tenant compte de plusieurs paramètres. Toutefois, la CNMA appliquera des tarifs préférentiels par rapport à ceux en vigueur, et ce, pour les risques non soumis à la réassurance où il est question d’appliquer les conditions de prise en charge de la CNMA. Il s’agit notamment des élevages en pisciculture en eau douce intégrée à l’agriculture où il est accordé une réduction à concurrence de 30% sur les tarifs en vigueur.

Quelles sont les mesures d’accompagnements que propose la convention CNMA-CAPA aux pêcheurs ?
La démarche adoptée dans le cadre de cet accord de partenariat ce veut un outil stratégique permettant à la CAPA de consolider davantage son rôle en tant que levier incontournable dans le développement socio- économique du secteur de la pêche et l’aquaculture. Cette convention permet l’identification des moyens de production en amont et en aval de ces activités, qui a permis de définir un packaging de garanties permettant de couvrir la quasi-totalité des risques encourues par le secteur de la pêche. Elle permet également la mise à la disposition de la corporation des professionnels de la pêche l’ensemble des services et infrastructures dont dispose la CNMA, notamment par l’adaptation des structures DAR EL FELLAH en Centre de Ressource Aquacole.
Il est de même pour l’adaptation et l’amélioration des contenues des contrats d’assurance aux besoins réels de la corporation des professionnels de la pêche et l’aquaculture. En plus, l’élaboration de nouveaux produits répondant aux besoins réels de la corporation. Le renforcement de la fonction Prévention et Gestion des Risques, la mise à la disposition des experts de la CNMA dans des secteurs bien précis tel que la pêche et l’aquaculture, ainsi que l’invitation des pêcheurs aux séminaires organisés par la CNMA.
Aussi, les dispositions contenues dans le cadre de cette convention a permis de définir un accompagnement , qui, s’inscrit dans une perspective d’amélioration continue des produits d’assurance et des services devant répondre au mieux aux besoins exprimés par la corporation des professionnels. Enfin, les dispositions de cette convention favorisent une meilleure intégration du sociétariat, et ce, à travers l’ouverture du capital social des CRMA aux professionnels de la pêche et l’aquaculture, et par voie de conséquence encourager leur représentativité dans les conseils administration des CRMA. L’Adhésion des professionnels aux structures mutuelles locales devra constituer pour les pouvoirs publics une alternative pour alléger le poids sur les finances publiques.
En outre, la CNMA qui avait conclu une convention de partenariat avec l’Entreprise publique de télévision (EPTV) au profit de la corporation du secteur agricole et des forêts a également inclue le secteur de la Pêche. Ainsi,des bulletins météos spéciaux seront dédiés au secteur de la pêche et de l’aquaculture.

Est-ce que les pêcheurs adhèrent naturellement à la souscription aux produits assurances de la CNMA ?
La CNMA effectue un travail considérable en matière de sensibilisation des pêcheurs à la souscription aux différents produits assurances. D’ailleurs, les produits d’assurance sont adaptés aux spécificités de la profession de manière à encourager l’adhésion des pêcheurs à la CNMA. En plus, des journées de sensibilisation et d’information qu’organisent la CNMA et la CAPA en faveur des professionnels du secteur au niveau du territoire national. Toutefois, les professionnels de la pêche souscrivent  très rarement à une assurance de risques couvrant la totalité de leurs capitaux. Les armateurs et pêcheurs veulent des garanties limites, la plus faible possible. Seulement, en cas de sinistre, le remboursement du cout réel de l’outil endommagé n’est pas automatique.
En fait, les unités de pêches mobilisées ne dépassent pas les 4500 à 5000 sur l’année. Sur ce nombre, nous enregistrons un taux d’assurés qui se situe entre 20 % à 25% du taux de pénétration. Un pourcentage qui est plus en moins satisfaisant, notamment sur le plan qualité, vue la forte concurrence du marché national des assurances.
L. M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here