Accueil ENTRETIENS Omar Alhemeiri, Country Manager d’Emirates Airlines Algérie : « L’Algérie est un marché...

Omar Alhemeiri, Country Manager d’Emirates Airlines Algérie : « L’Algérie est un marché important pour Emirates en Afrique »

0
PARTAGER

A l’occasion de la célébration des dix ans de présence d’Emirates Airlines en Algérie, son Country manager, Omar Alhemeiri, a bien voulu accorder une interview au magazine Indjazat dans laquelle est revenu sur le chemin parcouru par Emirates son arrivé sur le marché algérien un certain mois de mars 2013. Depuis, Emirates au cours de la dernière décennie 1,1 million de passagers, opéré près de 4 753 vols aller-retour et parcouru 24,1 millions de kilomètres entre Alger et Dubaï a-t-il indiqué.

Entretien réalisé par B. Titem

La compagnie Emirates Airlines célèbre, ce mois de mars, 10 ans de présence sur le marché algérien. Quel bilan en faites-vous?

Emirates célèbre ses 10 ans d’opérations en Algérie. Nous avons commencé notre parcours en mars 2013, avec un Airbus A330 inaugural et ce fut un voyage mémorable depuis lors.

Au cours de la dernière décennie, nous avons transporté 1,1 million de passagers, opéré près de 4 753 vols aller-retour et parcouru 24,1 millions de kilomètres entre Alger et Dubaï. L’Algérie est un marché important pour Emirates en Afrique et nous nous engageons à soutenir la croissance de son industrie touristique. Emirates continue de jouer un rôle important dans la stimulation du commerce et la multiplication des opportunités d’affaires en offrant aux voyageurs et aux commerçants une connectivité essentielle entre Alger et les carrefours commerciaux importants du Moyen-Orient, de l’Asie du Sud et du Sud-Est via Dubaï.

Après la levée des restrictions sur les voyages depuis 2021 et la reprise des vols internationaux, comment la compagnie Emirates Airlines a appréhendé l’année 2022 et quel a été le résultat de ses activités ?

Depuis la levée des restrictions de voyage en 2021, nous nous sommes concentrés sur le rétablissement de notre réseau et la reconstruction de nos opérations. Dans l’ensemble du groupe, le rétablissement de nos opérations s’est accéléré à mesure que de plus en plus de pays assouplissaient et supprimaient les restrictions de voyage. Nous étions prêts et parmi les premiers à répondre à la forte demande des passagers grâce à nos plans d’affaires solides, au soutien de nos partenaires industriels et à nos investissements continus dans le personnel, la technologie, les produits et les services.

Nous avons rapidement travaillé avec les autorités locales de différents pays pour mettre en place des vols directs et reconstruire notre réseau. Aujourd’hui, nous desservons 140 destinations (y compris DXB).

Le résultat des initiatives d’Emirates ont abouti au succès de 2022, à une augmentation du nombre de passagers et à une hausse de la demande pour ses vols sur l’ensemble de son réseau, les taux de croissance les plus élevés ayant été enregistrés dans différents pays. Reflétant le redressement et la reprise de l’activité, Emirates a annoncé un bénéfice semestriel record.

Emirates a annoncé un bénéfice semestriel record de 1,1 milliard de dollars pour 2022-2023. Nous avons continué à augmenter la fréquence des vols pour répondre à la demande des clients et améliorer la connectivité du réseau grâce à notre hub de Dubaï.

L’année 2023 s’annonce sous les meilleurs auspices. Au cours des derniers mois, nous avons planifié et exécuté la croissance rapide des opérations de notre réseau, en ajoutant 251 vols hebdomadaires sur les routes existantes; et en poursuivant le déploiement des améliorations de service en vol et au sol. Dans les mois à venir, les routes établies vers l’Europe, l’Australie et l’Afrique seront desservies par davantage de vols Emirates, tandis qu’en Asie de l’Est, d’autres villes verront leurs routes redémarrer.

Le transport aérien est l’un des secteurs qui a été le plus impacté par la crise sanitaire suite à la fermeture des frontières. Comment Emirates a surmonté la crise?

La pandémie de COVID-19 a fait des ravages en termes de vies humaines, de communautés et d’économies. L’aviation et les voyages ont été durement touchés par cet événement, et Emirates a poursuivi son redressement pour en ressortir plus forte et plus compétitive.

La pandémie a posé de nombreux problèmes, car la plupart des pays du monde ont renforcé les restrictions d’entrée et de transit, ce qui a contraint Emirates à réduire considérablement ses programmes de vols, mais nous continuons à nous en remettre. Nous avons pris des mesures rapides pour répondre à la demande de fret et à d’autres opportunités, tout en réduisant nos coûts dans l’ensemble de l’entreprise.  Malgré les défis posés par la pandémie, Emirates est restée la plus grande compagnie aérienne internationale, transportant 15,8 millions de passagers en 2020.

Emirates a travaillé dur et a progressivement reconstruit son réseau de passagers au cours des derniers mois pour aider à relier les personnes, les marchandises et les communautés.

La résilience dont Emirates a fait preuve pour surmonter la tempête s’explique par la solidité de notre modèle d’entreprise, le soutien de nos partenaires industriels et nos investissements continus dans le personnel, la technologie, les produits et les services. Nous avons pris une longueur d’avance en matière de recrutement et nous avons préparé nos avions et nos opérations, prêts à répondre à la demande.

En 2023, l’augmentation de la demande de transport aérien continue de dépasser les capacités dans l’ensemble de notre secteur, et en tant que compagnie aérienne, nous nous efforçons d’augmenter le nombre de sièges dans la mesure du possible sur l’ensemble du réseau afin de répondre à la demande. Nous avons rétabli 95 % de notre réseau d’itinéraires et 80 % de la capacité de notre réseau d’avant pandémie.

Comment se présentent aujourd’hui les opérations de la compagnie effectuées en Algérie ?

Emirates assure une liaison quotidienne avec l’Algérie, à raison de sept vols par semaine. L’Algérie est une destination importante du réseau nord-africain d’Emirates. La ligne est desservie par un Boeing 777-300ER dans une configuration à trois classes offrant 8 sièges en première classe, 42 en classe affaires et 304 en classe économique. Emirates est la seule compagnie aérienne à desservir l’Algérie avec des suites privées et fermées en première classe.

Emirates Airlines prévoit-elle d’augmenter ses vols vers l’Algérie à moyen terme ?

Nous surveillons constamment la performance de nos routes existantes et évaluons l’ajout de fréquences et d’autres services. Cela dépend de la demande, de la dynamique du marché, des appareils disponibles et d’un certain nombre d’autres facteurs. Nous restons attachés à l’Algérie et continuerons à chercher des moyens pour répondre à la demande des passagers tant que les conditions opérationnelles et commerciales le permettront.

Malgré le renforcement des vols que la Compagnie assure entre l’aéroport d’Alger et celui de Dubaï, les voyageurs algériens se plaignaient à un certain moment donné de la cherté des prix des billets entre ces deux destinations. Quel commentaire en faites-vous ?

Comme toutes les compagnies aériennes, Emirates propose sur l’ensemble de son réseau des tarifs qui varient tout au long de l’année en fonction des forces du marché, de l’environnement concurrentiel, des effets saisonniers, de la reprise de la demande de voyages et de plusieurs autres forces du marché. Malgré les défis de l’environnement opérationnel actuel, nous pensons que nos tarifs ont toujours été et continuent d’être compétitifs et que notre proposition de rapport qualité-prix est plus forte que jamais.

Que pouvez-vous nous dire sur les activités d’Emirates SkyCargo ?

Emirates offre une capacité de fret hebdomadaire de 280 tonnes au départ et à destination d’Alger sur ses sept vols passagers hebdomadaires. Depuis 2013, Emirates SkyCargo a transporté environ 43 millions de tonnes à destination et en provenance d’Alger, y compris des denrées périssables, des dattes, des fruits et des légumes, tandis que les produits pharmaceutiques et les pièces détachées, les appareils électroniques restent les marchandises les plus courantes à l’importation.

B. T.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here