Accueil ACTUALITÉ Réalisation de projets du secteur des Ressources en eau : Berraki annonce...

Réalisation de projets du secteur des Ressources en eau : Berraki annonce un programme de rattrapage

0
PARTAGER

Le ministère des Ressources en eau (MRE) a été impacté, à l’instar de tous les autres secteurs, par la crise sanitaire qui a touché le pays. L’impact de cette crise est ressenti au niveau de la réalisation de projets d’infrastructure du MRE.

Par Berkaine Kamelia

Le confinement décrété par les plus hautes autorités du pays dans le secteur des BTPH a mis à l’arrêt des centaines de projets dans le secteur de l’hydraulique. Toutefois, le département que dirige Arezki Beraki n’est pas resté bras croisés et attendre la disparition du virus «Covid-19» pour huiler la machine et penser une stratégie de relance des projets du secteur. Le ministre des Ressources en eau a concocté tout un programme pour rattraper le retard causé par les trois mois de confinement dans le secteur des BTPH. Sur ce point, Arzki Berraki rassure sur la relance de ces projets de développement dont un «un grand nombre sera réceptionné avant la fin de l’année en cours».
Ces projets concernent en priorité ceux liés à l’alimentation en eau potable (AEP), notamment dans les communes qui enregistrent un déficit en la ressource hydrique, a indiqué le ministre des ressource en Eau, en marge de la première réunion du Conseil national consultatif des Ressources en eau, tenue le 26 juin écoulé au siège du MRE à Alger.
Arezki Barraki a fait état de «quelque 1081 projets à l’arrêt du fait de la pandémie Covid-19 à travers le territoire national», précisant que «plus de la moitié a bénéficié, après la levée du confinement sur les projets de réalisation, de programmes de rattrapage pour la livraison d’une grande majorité avant la fin de l’année en cours». La priorité a été donnée aux projets d’alimentation en eau potable dans les communes qui enregistrent un manque en la ressource hydrique, a-t-il précisé. Ces projets permettront à plus de 400 communes qui enregistrent un déficit en alimentation en eau potable, en recevant de l’eau une fois/tous les deux ou trois jours, d’améliorer grandement le service public de l’eau et de garantir une alimentation en eau potable au quotidien, a assuré le ministre.
Concernant les ressources de cette eau potable, rappelant que les eaux souterraines constituent la principale ressource alors que l’eau provenant des barrages ne contribuent qu’à hauteur de 30 %.
Par ailleurs, Arezki Berraki a fait savoir que l’amélioration du Service public en matière d’eau potable passera par deux grandes réformes, expliquant qu’il s’agit pour la première, de la création de Sociétés par actions (SPA) similaires à la Société des Eaux et de l’assainissement d’Alger (SEAAL), mais algériennes à 100% dans les grandes villes, notamment dans celles qui sont adossées à des systèmes hydraulique très complexes à l’image du barrage de Beni Haroun qui alimente six wilayas dont quatre seulement en grandes quantités. La création de telles sociétés garantira la distribution équitable de l’eau potable, a-t-il soutenu. Quant à la deuxième réforme, le ministre a indiqué qu’elle porte sur la prise en charge de la demande (relative à l’eau potable) à travers la récupération des eaux non facturées (NF) à travers un programme de réduction de fuites dans les réseaux de l’AEP.
Arezki Berraki a fait savoir à ce propos que 50% des ressources mobilisées se perd dans les réseaux, soit plus de 1,5 mds m3 de perte sur 3,6 mds m3 mobilisés pour l’AEP. Le ministre a indiqué en outre que d’autres mesures existent pour l’amélioration du Service public en matière d’alimentation en eau potable, notamment l’eau de mer dessalée, ainsi que les eaux épurées.
L. M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here