Accueil DOSSIER Baya Hanoufi, DG par intérim d’Algérie Poste : « Nous devons nous adapter...

Baya Hanoufi, DG par intérim d’Algérie Poste : « Nous devons nous adapter aux mutations vers les services électroniques »

0
PARTAGER

Les efforts consentis par Algérie poste pour développer le paiement électronique sont, aujourd’hui, nettement visibles à travers ses différentes structures et infrastructures déployées dans le pays. L’entreprise a en effet mobilisé des moyens matériels, humains et techniques colossaux, notamment pour l’acquisition d’une plateforme monétique aux normes internationales, la fabrication de cartes monétiques et leur distribution, l’installation des GAB à travers tout le territoire national et l’acquisition des TPE et ce, afin de poursuivre sa démarche de développement et de modernisation de ses services. Le tout est couronné par le lancement du QR code, un dernier type de paiement électronique. Sa directrice générale par intérim, Baya Hanoufi, qui occupait auparavant le poste de directrice de la division Réseau postal au sein de la même entreprise, pleinement consciente des défis auxquels son entreprise est confrontée, affirme dans cet entretien accordé au magazine Indjazat, que le développement du paiement électronique est l’une des priorités d’Algérie poste, d’autant que le l’Etat, dans le cadre du plan de relance économique, a fait de la numérisation de tous les secteurs un objectif à atteindre à moyen terme. Pour Mme Hanoufi, il est clair, l’objectif de la satisfaction des clients et l’amélioration des prestations pour lesquelles l’entreprise déploie tous ses efforts ne peut être atteint sans le développement du paiement électronique et de la numérisation en général.

Entretien réalisé par Hacène Nait Amara

Algérie poste est l’un des principaux vecteur du développement de la monétique dans le pays. Comment l’entreprise s’est elle engagée dans ce processus et quels en sont les résultats ?
Parmi les objectifs majeurs que s’est fixée Algérie poste, c’est d’offrir un service de qualité et diversifié à sa clientèle. Cet objectif ne peut être réalisé, justement, qu’à travers la digitalisation et la numérisation de nos services et l’adaptation aux exigences de nos clients. Aujourd’hui, le citoyen est en pleine mutation vers les services électroniques et nous sommes donc dans l’obligation de s’adapter à ces mutations. C’est la raison pour laquelle notre entreprise a fait plusieurs investissements pour moderniser son réseau. Elle est passée par des modernisations physiques, en procédant à l’extension de son réseau, mais aussi par le développement du volet numérique, à commencer par le réseau de télécommunication de l’entreprise. Aujourd’hui, nous voyons une réelle amélioration et une stabilité de la connectivité des bureaux de poste parce que, justement, toute la partie réseau a été revue avec Algérie Télécom en terme de débit de connectivité qui est passé de 128 kbit/s à 2 Mbit/s par bureau de poste, jusqu’à 10 Mbit/s de connectivité entre la centrale et les wilayas. D’autres investissements ont suivi en terme de réseau de guichets automatiques de banque (GAB) qui ont permis à l’entreprise de créer un réseau constitué, à ce jour, de 1 400 GAB déployés sur le territoire national, en plus de la solution monétique et la carte Edahabia. Il faut dire que l’Etat a grandement participé au lancement de tous ces investissements, à travers la signature de diverses conventions de financement avec le ministère des Finances et le Fonds d’appropriation des usages et du développement des technologies de l’information et de la communication (FAUTIC). Concernant la solution monétique, Algérie poste étant consciente des objectifs qu’elle avait à atteindre a investit dans l’acquisition d’une nouvelle solution qui répond aux standards internationaux, offre une diversité des services et une interopérabilité avec la plateforme monétique de la Satim. Les citoyens peuvent aujourd’hui faire des transactions aussi bien sur les GAB de banques que sur les GAB d’Algérie Poste avec la carte Edahabia ou la carte CIB. Cette solution offre également des services à travers différents canaux, soit les GAB, les téléphones mobiles, les terminaux de paiement et Internet, avec une sécurisation aux normes internationales. Cette solution est composée de plusieurs modules, à commencer par la carte de paiement électronique.
Nous avons commencé par cette carte au profit des particuliers et très prochainement nous lancerons la carte corporat. Et pour pouvoir justement satisfaire notre clientèle, Algérie Poste a accompagné cette solution de personnalisation et de fabrication de carte. Aujourd’hui, toutes les cartes Edahabia sont personnalisées au niveau de l’entreprise et les données clients, par mesure de sécurité, ne sont pas soumises à un autre organisme. A partir de l’année 2021, Algérie Poste procèdera à la fabrication des cartes magnétiques, de bout en bout, à partir de la matière première. Grâce à cela, et avec la collaboration de GIE Monétique, nous sommes en train de travailler, actuellement, sur un projet pour la fourniture de cartes pour les établissements bancaires. Quant au module des GAB, il s’agit du service le plus utilisé dans la monétique, notamment pour ce qui est du retrait d’argent. C’est en 2005 que ce projet a été lancé principalement pour le retrait d’argent, puis étendu ensuite pour le paiement de tous types de transactions. En plus du module GAB, nous avons aussi des modules de commerce électroniques qui permettent justement l’adhésion des commerçants à la plateforme monétique pour offrir le paiement de leurs achats en ligne. Il y a également le commerce à travers les terminaux de paiement et l’application mobile. Tout cela est aussi accompagné d’un module de détection de fraude et de surveillance de toutes les transactions qui se font sur la plateforme monétique.

Le GAB offre-t-il des services autres que le retrait d’argent ?
Dans le module GAB, nous avons une multitude de services, puisqu’on ne se limite pas uniquement au retrait d’argent mais il y a plutôt plusieurs transactions qui sont possibles à savoir la consultation du solde, la visualisation du relevé, le virement de compte à compte en temps réel, avec une simplicité qui ne demande que la saisie du RIB. D’autres services connexes sont également possibles, à l’exemple du changement du numéro de téléphone et le rechargement des crédits mobiles pour les trois opérateurs téléphoniques. En ce qui nous concerne, nous souhaitons que nos clients adhèrent davantage à ces solutions car plus elles sont utilisée, plus les bureaux de poste seront désengorgés et la qualité des prestations sera meilleure. Quant au paiement, Algérie Poste offre deux grandes catégories, à savoir le paiement en ligne et le paiement de proximité. Ce dernier se décline sous deux formes : à travers les terminaux de paiement électronique (TPE) et le paiement par mobile. Il faut savoir à ce propos que l’entreprise offre la possibilité à tous les opérateurs économiques d’adhérer à sa plateforme monétique et d’offrir la vente des biens et des services. Nos clients sont constitués des e-boutiques, des compagnies de transports aériennes pour les billetteries, les compagnies d’assurances, Sonelgaz, SEAAL et les opérateurs de téléphonie mobile. Ce sont aujourd’hui des services qui sont très utilisés et qui nous donnent beaucoup d’espoir quant au développement du paiement électronique en Algérie.

Qu’en est-il des TPE ?
Pour ce qui est des TPE, l’entreprise ENIE s’est engagée à nous fournir 50 000 terminaux de paiement que nous offrons aujourd’hui gratuitement aux usagers, en plus de l’installation, de la formation et d’un abonnement gratuit de 2 ans à notre plateforme monétique, et ce, pour encourager les commerçants à adhérer au service de paiement électronique. Nous essayons de démarcher les commerçants à travers toutes les directions de wilayas et nous avons, pour cela, décidé de lancer plusieurs solutions pour faciliter leur adhésion à ce service, à l’exemple de celles permettant de traiter la demande d’un commerçant au niveau de n’importe quel bureau de poste, en ligne ou à travers les start-up.

Les transactions électroniques sont elles en évolution cette année, par rapport à l’année précédente ?
Si on compare l’année 2020 à celle de 2019, en termes d’opérations effectuées sur GAB, l’évolution n’est pas très importante, soit 4%. Mais ce qui est plus important, pour nous, c’est l’aspect interopérabilité de nos GAB avec ceux des banques. Aujourd’hui, nous avons plus de 13% des transactions sont effectuées au niveau des GAB banques. Quant au virement de compte à compte sur GAB, nous avons une évolution de 89% par rapport à 2019. La recharge mobile a également enregistré une évolution de plus de 42%. Les terminaux de paiement, ils ont enregistré globalement une augmentation de 359% et de 537% pour nos TPE. Le nombre de transactions sur nos TPE a atteint aujourd’hui plus de 159 000 avec 122 000 transactions effectuées par des clients d’Algérie Poste sur les TPE des banques. Concernant le paiement en ligne, nous avons enregistré une évolution de 406%, avec plus de 3 millions de transactions virement de compte à compte en 2019. Le paiement par QR Code reste, quant à lui, timide du fait que son lancement est récent.

Ces résultats répondent-ils à vos attentes ?
Je peux dire qu’en termes de mise en place des moyens nécessaires, l’objectif escompté a été atteint. Il reste à Algérie Poste de déployer les efforts en termes de communication, de vulgarisation, de marketing et de démarchage pour pouvoir atteindre l’objectif de la généralisation du paiement électronique. Les résultats sont positifs et prometteurs, avec une évolution claire.

Algérie Poste a également lancé récemment le paiement par QR Code. Qu’en est-il exactement ?
Effectivement cette solution a été lancée, très récemment, en août dernier et permet au commerçant de ne pas faire beaucoup d’investissements. Nous avons cependant constaté une certaine réticence quant à son utilisation, en ce sens qu’elle parait un peu abstraite.

Pourquoi cette réticence à l’usage du paiement électronique?
Il faut dire d’abord que tous les moyens ont été mis en place pour encourager le paiement électronique et généraliser son utilisation. Mais s’il y a réticence, je pense que c’est plus une question de communication et de sensibilisation. Beaucoup d’efforts doivent être déployés dans ce sens, aussi bien à l’adresse des clients que des commerçants. Il faudrait aussi continuer à inciter les usagers au paiement électronique à travers la gratuité du service. Il n’y a aucune taxe appliquée sur les transactions faites sur les TPE, alors que le retrait d’argent sur GAB est taxé et beaucoup de clients ne le savent pas. S’agissant des commerçants, nous avons proposé des mesures fiscales incitatives pour les encourager à utiliser le paiement électronique, mais leur crainte est principalement liée à la traçabilité des transactions. Il faut donc les rassurer pour les faire adhérer.

A quoi sont dues les pannes enregistrées sur le réseau postal ?
Pour ce qui est de la connectivité des bureaux de poste, il est vrai qu’à un certain moment le réseau était sous dimensionné en termes de capacités, mais il y a eu beaucoup d’investissements pour la refonte de ce système, aujourd’hui pratiquement finalisé, et la connectivité est passée à la fibre optique qui a permis de doter tous les bureaux de poste d’une connexion de 2 MB/s. La connectivité a été également revue à la hausse entre toutes les wilayas et la Centrale. Certes, des soucis sont signalés quelques fois ici et là, mais ces derniers sont principalement dus à des travaux. Quant à la connectivité des TPE, elle dépend de la qualité et de la disponibilité du réseau de téléphonie mobile. La tutelle a pris en charge ce problème en collaboration avec les opérateurs téléphoniques pour améliorer la disponibilité du réseau.

Toutes ces solutions déployées par Algérie Poste ont-elles contribué à résoudre le problème de l’indisponibilité de la liquidité posé avec acquitté au niveau des bureaux de poste ?
Je peux vous affirmer que la seule solution à ce problème de liquidité est la généralisation du paiement électronique. Peut-être que nous n’allons pas ressentir son effet immédiatement, parce que ce n’est pas encore assez déployé, mais les résultats seront là lorsque tout le monde aura travaillé pour généraliser cette solution et régler définitivement cette problématique dont la Poste est victime.
H. N. A.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here