Accueil ACTUALITÉ FPA 2021 : Gros succès, l’industrie militaire en vedette

FPA 2021 : Gros succès, l’industrie militaire en vedette

0
PARTAGER

Jeudi 16 décembre. Après les grosses pluies salvatrices, le temps s’est fait plus clément en cette fin d’automne et un soleil splendide rayonnait sur le ciel d’Alger-est. Plus exactement du côté de Mohammadia où trône en bordure de la Méditerranée, le Plais des Expositions- Safex. La Foire, tout simplement pour le citoyen.

Par Nacer Lesbat

Bien que ce fût un jour de semaine, l’afflux y était considérable. Il est vrai que la Foire de la production algérienne (FPA) a acquis grande notoriété depuis longtemps déjà. Et cette 29e édition ne faisait pas exception, loin s’en faut. En familles, en couples, en solitaire, une foule bigarrée déambulait, dans un mouvement incessant, les allées vicinales respirant la quiétude entre les différents pavillons. La plupart d’entre eux accompagnés par leurs enfants, vacances scolaires aidant.

Normal, les nombreux visiteurs piaffaient d’impatience de découvrir les nouveautés de la production made in Algeria et de sauter surtout sur les offres promotionnelles. Simple, le pavillon dédié à la vente directe drainait à lui seul des milliers de citoyens par jour.
Pour leur part, les professionnels du secteur n’étaient pas en reste non plus, déclinant tous des prix spéciaux à l’occasion d’un événement qui aura constitué pour eux une bouffée d’oxygène après deux années de gel de la manifestation en raison de situation sanitaire liée à l’épidémie de la Covid-19.
Instinctivement presque, tous les pas mènent à l’imposant Pavillon central où se trouvent concentrés presque les plus beaux labels. L’expo, riche et variée de l’Armée Nationale Populaire (ANP) donne le ton déjà le parvis large et colorée.
En fait, la production industrielle militaire a vite fait de constituer une halte incontournable et irrésistibles tant elle se caractérise par une technologie de pointe avancée et une finition d’orfèvre. Le visiteur est en extase, s’attardant longuement sur les engins mécaniques et autres véhicules utilitaires rutilants devant lesquels il se perd en selfies et photos souvenirs.
L’on comprend, mieux, dès lors la profession de foi du Premier ministre, Aïmène Benabderrahmane, plaidant que la relance industrielle devait être arrimée à l’industrie militaire.
Le Premier ministre, visitant le pavillon des industries militaires lundi 13 décembre, à l’occasion de l’ouverture de la 29ème FPA a eu à revenir sur le sujet, prônant l’importance de la complémentarité entre les industries militaire et civile. Chose qui porterait, à ses yeux, les niveaux d’intégration nationale «à des taux très élevés, dépassant les 65% pour certains produits, ce qui signifie la création de milliers d’emplois à travers le pays», affirmera-t-il dans ce contexte.
Aussi, a-t-on appris, l’ANP n’a pas lésiné pour cette édition de la FPA, sur les moyens avec ses 18 unités de production relevant du Commandement des Forces aériennes, du Commandement des Forces navales, du Département des transmissions, des systèmes d’information et de guerre électronique, de la Direction centrale du matériel, ainsi que de la Direction des fabrications militaires du ministère de la Défense nationale.
Sur place, le chargé de Com. du pavillon militaire nous indiquera que la participation de ces unités de production à la 29e FPA entrait dans le cadre de la dynamique de relance de l’économie nationale, de la participation à la promotion du produit local, et dans la perspective de faire connaître les efforts déployés par le MDN pour le développement d’une base industrielle forte et durable.
Des propos qui font échos aux orientations globales du Premier ministre Aïemene Benabderrahmane, lors de sa virée inaugurale de la Foire. Prenant la parole au stand de la Sonatrach, Benabderrahmane a effet, appelé les grandes entreprises économiques à adopter une approche intégrée, à travers l’exploitation des opportunités offertes dans les différentes filières de la production nationale, y compris les industries militaires et les micro-entreprises.
«J’ai constaté que chaque entreprise travaillait à titre individuel, bien qu’il existe des entreprises locales sur lesquelles l’on peut compter, il suffit de visiter cette foire pour connaître leur potentiel important», fera-t-il alors remarquer.
Il a, par ailleurs, assuré «le plein soutien du Gouvernement» aux projets d’investissement réalisés au niveau national par les enfants de la diaspora algérienne établie à l’étranger, réaffirmant que «Les jeunes Algériens établis à l’étranger qui reviennent au pays pour lancer des investissements bénéficieront de tout le soutien et l’accompagnement nécessaire à la réussite de leurs projets».
Vine, enfin, ce samedi 25 décembre qui a sonné la clôture d’une manifestation couronnée de succès. Si, de visu, cette ultime journée d’exposition a explosé en matière de visiteurs, la direction de la Safex retiendra, un chiffre global de 500 000 visiteurs sur les 13 jours d’activités.
Une stat que les 500 exposants et 50 start-up, présents à ce rendez-vous, ont jugé des plus satisfaisantes ; cela d’autant que plus de 50% des visiteurs de leurs stands étaient des professionnels venus pour négocier des contrats d’affaires, ont-ils retenus.
N.L.

Indjazat, le partenaire média de la 29e FPA
Partenaire média, pour la première fois, de la 29e édition de la Foire de la Production Algérinne, le magazine Indjazat s’est frayé un bon chemin parmi cette exposition qui aura connu un franc succès. S’appropriant un stand stratégique, à l’entrée-nord du pavillon central, le magazine, et comme son générique pourrait l’indiquer, qui suit à la loupe les réalisations nationales dans tous les domaines, a connu un grand engouement du public, constitué de férus de lecture et de simples curieux à en découvrir le contenu du mensuel. Son directeur, Hacène Naït Amara ne cache pas son satisfecit de présenter un produit médiatique au service du développement de l’économie nationale, en dépit de difficultés réelle de financement, notamment le coût exorbitant de l’impression du magazine. «Malgré certaines difficultés bien réelles, nous nous efforçons de promouvoir le label algérien, sous tous ses angles, suivant la vison du verre à moitié plein… jamais à moitié vide», nous confiera- t-il, entre autre.
N. L.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here