Accueil ENTRETIENS KARIM KIARED, DG DE L’ESAA : « L’ESAA est une école où il...

KARIM KIARED, DG DE L’ESAA : « L’ESAA est une école où il y a toutes les classes sociales»

0
PARTAGER

L’École supérieure algérienne des affaires (ESAA), a organisé, au début du mois de juillet écoulé, à l’hôtel Sheraton d’Alger, la traditionnelle cérémonie de remise des diplômes à ses brillants étudiants. Il fut une soirée mémorable pour ces 156 lauréats qui marquent, pour certains d’entre eux, la fin du cursus universitaire et l’entrée dans la vie professionnelle. La promotion des étudiants honorés à l’occasion de la 13e édition de la remise des diplômes porte le nom de Maurice Audin, célèbre mathématicien, militant de la cause algérienne, mort en martyr en 1957. Le mérite de ce choix, ô symbolique, revient bien sûr au Conseil d’administration de cette prestigieuse école qui n’a de cesse d’accompagner, depuis sa création en 2003, la jeunesse algérienne dans leurs aspirations professionnelles. Karim Kiared, fraichement nommé à la tête de cet établissement qui, faut-il le rappeler, bénéficie de l’appui d’un consortium académique français dans le domaine de la gestion et d’un partenariat institutionnel avec entre autres la CACI, a bien voulu répondre à quelques questions de Indjazat, en marge de cette grandiose cérémonie.

Interview réalisées par Hacène Nait Amara

Peut-on dire que la cérémonie de remise des diplômes s’est devenue maintenant un rituel chez l’ESAA ?
Effectivement, mais il est très important de dire qu’il s’agit d’un rituel de « Business School ».
Ce genre de rituel revête en effet une portée considérable dans une vie, mais également au niveau professionnel. C’est pour accompagner et partager, dans une ambiance conviviale et en présence de leur famille, la joie de ces étudiants qui ont terminé avec brio leur cycle de formation. Il y a aussi toute une symbolique derrière du moment que ce rituel participe à mémoriser ce moment suite à des années de travail acharnés.

La formation dispensée au sein de l’ESAA est d’une qualité reconnue et appréciée, mais l’école demeure toutefois inaccessible pour la grande majorité des étudiants en raison du coût de formation …
Toute personne qui manifeste une certaine réticence par rapport à cet aspect financier change complètement d’avis une fois qu’il se rapproche des responsables de l’ école et du coup cette réticence disparait. Vous savez mieux que moi que les Algériens souhaitent payer, juste en contrepartie de ce qu’ils reçoivent. Nous, nous comprenons parfaitement cette appréhension, c’est la raison pour laquelle nous les invitons à visiter le campus et voir de visu ce que nous leur offrons en contrepartie.
D’ailleurs, j’aimerais rappeler, à ce propos, que nous avons organisé des journées portes ouvertes, les 29 et 30 juin écoulés, durant lesquels nous avons rencontré des centaines de bacheliers, de futurs bacheliers et des centaines de leurs parents. Et les questions posées ont souvent trait à la qualité des formations, l’encadrement pédagogique et les programmes ? Donc, ce n’est pas du tout une questions des finances. Et contrairement à ce que l’on croit, l’ESAA est une école où il y a toutes les classes sociales. Leurs parents étaient de ceux qui aiment investir dans l’éducation de leurs enfants.

Donc l’étudiant ne perd pas au change chez l’ESAA…
Exactement, je ne vous le fais pas dire. Je conseille l’ESAA d’autant plus que je suis à sa tête depuis trois mois et je considère que nous sommes en train de faire un travail extraordinaire pour améliorer le travail dispensé, tant sur le plan de la qualité de l’enseignement, le campus et l’insertion de l’école dans son environnement économique.

L’encadrement est-il algérien ?
L’encadrement est juste excellent. Il est algérien seulement quand la compétence est indisponible localement. Il n’y a pas d’histoire de nationalité dans ce que nous faisons, le plus important pour nous c’est la compétence et l’expertise. D’ailleurs, j’aimerais dire à mes collaboratrices et collaborateurs au sein de l’Ecole que le succès de ces étudiants, c’est aussi le vôtre, et que notre réputation, c’est aussi la vôtre. Je saisis également cette occasion pour rendre hommage aux professeurs et enseignants pour leur dévouement, leur pédagogie active et leur implication totale dans la réussite de ces étudiants et dans l’esprit d’excellence que nous partageons tous. Je félicite ces étudiants et j’aimerai leur parler de l’histoire d’un idéal, celui qui porte le nom de leur promotion, Maurice Audin. Il n’était guère plus vieux qu’eux. Il avait une foi, une conviction et un rêve qui s’incarne aujourd’hui par les parcours, la jeunesse et les ambitions de ces étudiants.

Un dernier mot…
Je voulais juste vous préciser que l’ESAA est le fruit d’un partenariat algéro-français très constructif. C’est une école publique de droit algérien à but non lucratif, car tout ce que nous engrangeons, nous les réinvestissons. L’Ecole fête cette année son 15ème anniversaire. Elle n’a jamais cessé de grandir d’année en année, promotion après promotion et elle nourrit encore de grandes ambitions à l’avenir.
H. N. A.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here