Accueil TIC LA BANDE PASSANTE-INTERNET DOUBLEE, CAP SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE : 2021, l’Année-TIC...

LA BANDE PASSANTE-INTERNET DOUBLEE, CAP SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE : 2021, l’Année-TIC en Algérie ?

0
PARTAGER

Connectivité internet haut et très haut débit, tel est le mot d’ordre au ministère de la Poste et des Télécommunications, pour l’année roulante ; à en croire le bilan- 2020 du secteur, du reste mis en ligne sur le site web du ministère.

Par Azzouz K.

On y relève, notamment, que la capacité de la bande passante internationale en Algérie, d’une capacité de 2,4 Térabit/seconde (Tbps), sera doublée durant l’année 2021, permettant ainsi d’améliorer la qualité de la connectivité internet haut et très haut débit, annonce le ministère de la Poste et des Télécommunications. Il est, par ailleurs, souligné que la bande passante internationale est passée de 1.7 à 2.4 Tbps (Térabit par seconde) entre janvier 2020 et janvier 2021.
Dans ce même contexte, le document rappelle la mise en exploitation, le 31 décembre 2020, d’une manière effective du système du câble sous-marin Orval/Alval (Oran-Valence) et (Alger-Valence), dont la capacité globale pourra atteindre les 40 Tbps. Dans ce prolongement, le ministère n’a pas manqué de souligner, en outre, qu’en termes d’amélioration de la qualité de la connectivité internet et de généralisation de l’accès à l’internet haut et très haut débit, «il a été procédé, l’année dernière, à la réalisation de 7.046,93 km de fibre optique et l’implantation de 182 sites de faisceaux hertziens numériques», soutient le Département de Brahim Boumzar.
Il explique surtout que le projet d’extension du Backbone a été également poursuivi à travers la réalisation de deux nouveaux Backbone Est et Ouest, dont les objectifs consistent en «la sécurisation du réseau de transport, l’amélioration de la qualité de service et l’augmentation de la bande passante des wilayas ciblées», fait- t- il savoir, précisant qu’il s’agit «des réalisations à 100% de la liaison Bougtob-Saida-El Bayadh-Bechar et de la liaison Ouargla-Tamanrasset- via In Salah ainsi que des projets de réalisation du secours du trafic Oran-Bechar via Nâama et du secours des liaisons d’Ouargla-Illizi-Tamanrasset».
Ceci étant, le bilan du ministère de la Poste et des télécommunications fait également les efforts du secteur dans le cadre de la modernisation des réseaux de télécommunications vétustes des grandes agglomérations pour l’amélioration de la qualité de la connexion internet au profit des citoyens, retenant à ce titre, la réalisation de quelque 133.000 nouveaux accès au réseau internet haut et très haut débit en fibre optique FTTx (dont le FTTH fibre jusqu’au domicile) et la modernisation de 203.672 accès au niveau des wilayas d’Alger, Oran et Constantine.
S’agissant de la connectivité internet via le réseau mobile, le document rappelle qu’il il a été procédé, durant l’année 2020, «au réaménagement, à l’optimisation et à la rationalisation de l’utilisation de la ressource spectrale de fréquences radioélectriques visant l’amélioration de la qualité de service et de débit des opérateurs de télécommunication», est-il souligné.
Pour le ministère, une telle action aura permis une amélioration sensible du réseau internet mobile, s’appuyant sur l’exemple de l’opérateur OTA-Djezzy qui «a pu atteindre 52% en couverture 4G et une augmentation de 60% du trafic de données, et le déploiement de 1345 sites, ainsi que 26 milliards de DA d’investissements consentis en 2020», a-t-il indiqué.
Dans le même sens, et pour WTA-Ooredoo, les 5Mhz accordées ont été déployées dans les régions les plus importantes dont le grand Alger et l’Oranie, avec le déploiement de 464 sites 4G en 2020, avec une amélioration de 70% du débit pour la 4G pour les sites déployés, selon la même source qui ajoute qu’«Ooredoo prévoit, en sus, la mobilisation de 12 milliards DA d’investissements pour 2021».
Enfin, pour sa part, l’opérateur public ATM Mobilis s’est attelé à l’investissement d’environ « 40 milliards de DA dans les zones d’ombre et le grand Sud et des efforts considérables ont été déployés ayant permis d’améliorer le trafic 3G de 28% et 4G de 76%», se félicite le ministère.
S’attardant sur le sujet, il relève, dans cette veine, «une progression de la qualité de service de 46% au niveau des localités concernées avec une augmentation du nombre d’abonnés de 30%», met-il en avant.
Au volet de la prise en charge des ‘’zones d’ombre’’, conformément aux instructions du Président de la République, le bilan relève la couverture de 482 zones sur les 508 zones enclavées, «recensées et éligibles au financement sur les ressources du Fonds du service universel ; sur un taux d’avancement actuel des travaux de couverture de l’ordre de 85 %», précise- t- on, et la réalisation de 166.800 accès 4G LTE.
Le document du département que dirige Brahim Boumzar trace, enfin, au marqueur le rôle primordial de ‘’Mobilis’’ dans la poursuite du déploiement de l’internet mobile au niveau des axes routiers dans le grand Sud, révélant qu’ ATM a procédé, sur ce plan, à la couverture de l’axe routier reliant El Bayadh-Adrar et Adrar-Tindouf sur les tronçons El bnoud-Tinerkouk sur une distance de 302 Km, Tsabit-Tabelbala sur 341 Km et Hassi-Naga-Tindouf sur 90 Km, ainsi que l’axe routier reliant Djanet à In Aménas sur une distance de 650 km.
Le bilan du MPTIC conclue en rappelant que «Ces actions s’inscrivent en concrétisation des engagements du programme du Président de la République, et en droite ligne des orientations directrices du Plan d’action du Gouvernement».

La transition énergétique, priorisée
Parallèlement aux grands efforts consentis pour doper la connectivité-internet, le ministère de la Poste et des télécommunications y va également, et résolument, sur la voie d’une stratégie des énergies renouvelables à asseoir. Pour le ministre, Brahim Boumzar, il s’agira de remplacer ou compléter progressivement les sources électriques traditionnelles jugées énergivores.
«La transition énergétique est désormais une priorité pour le secteur de la Poste et des télécommunications», a soutenu le ministre, lors d’une rencontre tenue, fin février, avec son homologue de la Transition énergétique et des énergies renouvelables, Chems-Eddine Chitour.
Dans une déclaration à l’Aps, Boumzar avait alors expliqué que les sources d’énergie électriques traditionnelles étaient indispensables dans le développement de la Poste et des technologies de l’information et de la communication, «mais elles sont énergivores», a- t- il fait remarquer.
Selon le ministre, Il faut savoir que les TIC représentent entre 8% et 12% de la consommation électrique mondiale et les Data Center représentent, à eux seuls, environ 3% de cette consommation et pourraient atteindre les 10% d’ici à 2030.
Aussi, Boumzar affirme-t-il avoir anticipé ces défis «afin d’utiliser des énergies hybrides et privilégier l’utilisation de toutes les technologies disponibles relatives aux énergies renouvelables », citant, sur ce plan, la croissance du marché de la téléphonie mobile et l’augmentation de la demande sur les services de télécommunications induisant la nécessité d’installer plus d’antennes- relais souvent situées dans des endroits isolés, estimant, in fine que «les énergies renouvelables sont les solutions idéales pour assurer l’alimentation des sites de télécommunications dans ces zones», a conclu
le ministre.
A. K.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here