Accueil DOSSIER Meriem Bisker, présidente de la commission femmes au FCE : « Toute femme...

Meriem Bisker, présidente de la commission femmes au FCE : « Toute femme est capable d’entreprendre »

0
PARTAGER

L’Algérie renferme un grand potentiel de femmes battantes, passionnées et dévouées qui peuvent devenir des chefs d’entreprise et contribuer au développement du pays. Afin d’encourager l’esprit entrepreneurial chez la femme, le Forum des chefs d’entreprise (FCE) a tenu à honorer, le 8 mars dernier, des femmes entrepreneurs et à présenter des modèles de réussite pouvant servir d’exemple à d’autres femmes désirant conquérir le monde des affaires.

Propos recueillis par Berkaine Kamelia

Qui est Meriem Bisker ?
Je suis fondatrice du « M Suite Hôtel » situé à Dar El Beïda, à Alger. L’établissement comporte une cinquantaine de chambres et a été réalisé entièrement par des entreprises algériennes. L’idée était de mettre en avant le savoir-faire algérien dans le domaine traditionnel et culturel.

Qu’est-ce qui vous a motivée à vous lancer dans un projet pareil ?
Quand j’ai terminé mes études, mes parents étaient déjà dans le domaine des affaires et c’est cela qui m’a beaucoup plus inspiré. Mon père m’a dit alors : soit tu trouve un boulot, soit j’en ai pour toi. J’ai décidé alors de prendre en charge cette entreprise et j’ai appris, petit à petit à la gérer.

Partagez-vous l’idée qui dit que les femmes chefs d’entreprises rencontrent plus de difficultés que les hommes ?
J’ai rencontré les mêmes difficultés que n’importe quel autre chef d’entreprise. Je pense qu’en Algérie, hommes et femmes rencontrent les mêmes difficultés. Je ne me suis jamais considérée comme femme chef d’entreprise, mais plutôt entrepreneur tout court. En revanche, les mentalités diffèrent. Les gens ne s’attendent jamais à voir une femme chef d’entreprise. Parfois, on ne la prend pas au sérieux.

Quelles sont pour vous, les principales qualités qu’une femme doit avoir pour être chef d’entreprise ?
Je pense que toute femme est capable d’entreprendre du moment qu’elle souhaite le faire. Une femme n’a pas besoin d’être plus qualifiée qu’un homme.

Que diriez-vous aux femmes qui voudraient devenir chefs d’entreprise ?
J’ai envie de leur dire : N’ayez pas peur, faut y aller. Toutes les femmes sont pareilles dans le monde des affaires et font face aux mêmes contraintes. C’est vrai qu’il est dur d’être à la fois à, la maison et à l’entreprise, travailler et s’occuper de la famille. Mais beaucoup de femmes ne sont pas conscientes de leurs capacités à pouvoir vraiment tout gérer. L’entreprenariat est aussi une liberté, un accomplissement personnel.

Les tâches quotidiennes de femme mère de famille ne sont-elles pas un obstacle ?
Il est vrai qu’il n’est pas facile de concilier entre le travail à l’entreprise et les tâches familiales. Les femmes qui ont des enfants me disent souvent que cela n’est pas facile, mais quand on est déterminé on y arrive. Il y a des femmes qui arrivent à gérer cette situation et à tout réussir. Je les admire beaucoup et ce sont ma source d’inspiration.
Je leur dis aussi qu’il ne faut pas hésiter à adhérer aux associations et à la commission des femmes du FCE où elles peuvent trouver du soutien et de l’encouragement car c’est très important de se savoir soutenues.
K. B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here