Accueil DOSSIER Rachid Cheloufi, DG de l’ONT : «La relance du tourisme dépend de...

Rachid Cheloufi, DG de l’ONT : «La relance du tourisme dépend de plusieurs secteurs»

0
PARTAGER

Le développement de l’Industrie touristique en Algérie serait certainement, dans les années à venir, le meilleur créneau sur lequel reposerait la diversification de l’économie nationale. La volonté des pouvoirs publics d’investir dans le facteur humain et sur le plan infrastructurel existe. La volonté de la société civile est toute aussi importante pour la mise en marche de cette locomotive. Dans cette interview qu’il a accordée à Indjazat, Rachid Cheloufi, directeur général de l’Office national de tourisme (ONT) estime que l’Algérie pourrait bien être dans le gotha des meilleures destinations touristiques mondiales.

Quel rôle joue-t-il l’Office que vous dirigez dans la promotion du tourisme ?
L’Office national de Tourisme (ONT) est un organe institutionnel chargé de la promotion de l’image de la destination touristique de l’Algérie. Car, l’activité touristique ne peut être mise en valeur ni être convaincante qu’à travers l’information, la communication et la promotion. Ces trois volets jouent un rôle primordial dans la sensibilisation de l’opinion publique afin de drainer un maximum de clientèles touristiques et la promotion de l’activité. Le Tourisme est un secteur qui mérite d’être placé parmi les secteurs prioritaires de la stratégie gouvernementale.

Qu’elles sont les principales actions menées par l’ONT dans ce sens ?
La promotion de la destination Algérie oblige la mise en place d’un programme d’action de l’activité touristique. En premier lieu, je distingue le plan marketing. Ce dernier, ne peut être met en œuvre qu’à travers des campagnes médiatiques et l’organisation de voyages de presse. Ces dernières permettent de faire découvrir aux consommateurs les produits touristiques qui sont proposés sur le marché touristique algérien et offrent la possibilité de commercialiser la destination Algérie. En deuxième lieu, je cite le plan communication. Ce plan de communication est traduit et interprété à travers la participation de l’Office à tous les évènements importants organisés sur le plan national et international. Des évènements qui contribuent à la promotion de l’image de la localité et au rehaussement de la destination touristique Algérie. Je cite l’exemple de la fête du tapis traditionnel qui, en plus de sa valeur culturelle de la région qu’elle comprend, elle draine entre autre une activité à caractère commerciale. Sa promotion se fait également à travers notre présence aux grands évènements cultuels où des visiteurs et exposants viennent d’un peu partout dans le pays pour y participer.
L’ONT active sur le plan international à travers l’organisation d’évènements et foires spécialisés dans le Tourisme. Et c’est à partir de ces sorties que les touristes fassent connaissance de l’Algérie. Grace aux produits que nous exposons, nous arrivons à les convaincre et à mener la destination Algérie. Le plan communication inclut par ailleurs notre participation aux différentes émissions organisées par les médias audiovisuels et celles de la presse écrite.
Dans le cadre de ce plan de communication, nous organisons des éductours (voyages proposés aux vendeurs de gros de séjours de Tourisme). Nous rentrons en contact avec des Tours opérateurs étrangers auxquels nous proposons la découverte du pays en vue de les inciter à insérer notre destination dans la palette des pays à commercialiser sur le plan mondial. Il s’agit de faire expédier le maximum de touristes vers notre pays.

A combien évaluez-vous le potentiel touristique de l’Algérie ?
Les investissements de l’Etat dans le tourisme sont multiples. Les financements consentis dans ce sens ont permis au parc hôtelier public d’être pris en charge sérieusement pour le mettre à niveau à travers des opérations de modernisations et de réhabilitations des infrastructures d’accueil. Nous enregistrons plus de soixante unités hôtelières dépendant du secteur public et qui connaissent actuellement une opération de réhabilitation et de modernisation. L’opération va permettre à ce parc hôtelier d’être au même niveau de standing des infrastructures touristiques internationales. Récemment, l’ONT a constaté une amélioration des prestations au niveau de toutes les chaînes hôtelières. D’ailleurs, conformément aux statistiques de l’année 2017, l’Algérie a reçu plus de 1,7 millions touristes étrangers dont 700.000 algériens résidents à l’étranger. Une évolution annuelle de l’ordre de 20 % a été constatée.
En termes d’hôtellerie, l’Algérie dispose de 120 000 lits. Les nouveaux investissements à eux seuls vont générer 220 000 lits. Une fois ces investissements sont reçus, le secteur va surmonter la phase déficitaire.

A votre avis, les investissements consentis par l’Etat ont-ils donnés les résultats escomptés ?
L’Etat a mis en place un dispositif d’incitation à l’investissement privé. Ce dispositif a permis justement d’enregistrer plus de 1 700 projets agréés par le ministère du Tourisme. Cette capacité va ainsi permettre au secteur de combler le déficit qui a été enregistré auparavant.
En effet, le secteur nécessite une capacité d’accueil variée sur le plan standing afin de permettre à toutes les bourses de séjourner aux différentes régions du pays durant les différentes périodes de l’année. Ceci n’aura été possible qu’à travers les mesures de facilitations de l’Etat mises en place pour permettre aux privés algériens d’être des opérateurs économiques fiables qui contribuent à la construction de l’économie du pays.
Les agences de voyages, quant à elles, constituent un maillon très important dans l’activité touristique. Ces dernières sont actuellement à plus de 2 400 entités appartenant à des privés. L’Etat détient deux agences de voyages qui sont l’Office national de Tourisme algérien (ONAT) et le Touring Voyage Algérie (TVA). Le rôle de ces agences est important dans la chaine touristique. Ils s’occupent de l’organisation des séjours de voyage au profit de toute la clientèle touristique désireuse de se déplacer quelque part. L’agence de voyage commercialise se charge de tout un package de services (réservation d’hôtel, organisation du circuit de voyage et assure l’information à travers la mise à disposition de sa clientèle d’un guide touristique et l’alimenter d’informations au niveau de toutes les haltes des circuits touristiques…).

Que faut-t-il faire pour rendre la destination Algérie plus attractive pour les touristes étrangers ?
L’activité touristique est très sensible. C’est une activité qui engage d’autres secteurs (Transport, Communication, Environnement, Ressource en eau, Douane, MAE…). Elle nécessite la conjugaison et la coordination d’un travail unifié. Pour cela, avant d’entamer des campagnes de promotion et de marketing, faut-il s’assurer que tout l’environnement qui gravite autour de l’activité soit bien préparé.
Le produit touristique algérien qui est très intéressant sur le plan valeur reste toutefois un produit cher. Malgré le manque enregistré en matière d’infrastructures, la demande du touriste est évolutive d’une année à une autre. La prestation de service, elle, nécessite un travail de revalorisation notamment sur le plan formation qualitative du personnel hôtelier.
Entretien réalisé par Lynda Mellak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here