Accueil ACTUALITÉ Numérisation : Principal axe de développement de l’action douanière

Numérisation : Principal axe de développement de l’action douanière

0
PARTAGER

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a affirmé le 26 janvier écoulé au Centre international des conférences (CIC) Abdelatif Rahal, où il a présidé la cérémonie de célébration de la Journée internationale de la douane (JID), en présence de ministres et de cadres supérieurs que la numérisation constituait le principal axe de développement de l’action douanière.

Par Kamelia Berkaine

Visitant une exposition consacrée aux activités des Douanes algériennes, organisée à l’occasion, M. Djerad a souligné que la numérisation de l’administration douanière lui permettra d’atteindre un niveau mondial, en sus de faciliter son travail, affirmant que le contrôle douanier doit se faire par des moyens modernes. Le Premier ministre qui a visité l’exposition, accompagné du ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane et le directeur général des Douanes, Noureddine Khaldi a insisté sur l’importance de «lutter efficacement contre le phénomène de contrebande et les fléaux préjudiciables à l’économie nationale». La journée internationale de la douane est placée cette année sous le thème «relance, renouveau, résilience: la douane au service d’une chaîne logistique durable», et les efforts des services des douanes seront focalisés sur les moyens de surmonter l’impact de la pandémie internationale et l’appui des individus et entreprises, à travers le renforcement de la chaîne d’approvisionnement, la consolidation de la coopération et la mobilisation de la technologie.

Lancement d’un projet de raccordement au satellite ALCOMSAT
Par ailleurs, la Direction générale des douanes (DGD) s’apprête, dans le cadre du parachèvement du processus de numérisation, à lancer un projet de double raccordement au satellite algérien ALCOMSAT, a indiqué un responsable à la DGD. Lors des festivités de la célébration de la Journée internationale de la douane, un responsable à la DGD a évoqué, dans un exposé, la finalisation de l’étude technique et l’élaboration d’un projet de contrat avec Algérie Télécom Satellite (ATS), l’opération ayant été dégelée en juin 2020.
L’opération prévoit le raccordement de 49 stations fixes et 35 autres mobiles à ALCOMSAT d’ici 2022, selon le même responsable. Il s’agit également de la préparation en cours d’un projet de contrat avec Algérie Télécom en vue de renforcer les liaisons par fibres optiques au niveau des douanes, de 83 stations actuellement à 197 stations durant la période 2021-2022. Aussi, a-t-il fait état de la finalisation des travaux d’installation des matériels du Data-center des douanes. Evoquant le nouveau système informatique en partenariat avec les douanes de la Corée du Sud, le même responsable a précisé que la phase «de la réingénierie des processus» a été accomplie, outre «le développement du prototype future des opérations douanières», alors que la phase d’»analyses et de modélisation informatique» sera entamée dès février 2021. Il est attendu en outre le début de la réception des principales unités du système informatique durant le premier semestre de 2022, tandis que la réception des autres unités est prévue pour 2023.
Depuis son lancement au deuxième semestre de 2019, le projet du nouveau système informatique compte au total 15 unités informatiques, ainsi qu’un guichet unique permettant l’échange électronique de documents et de données avec les différents intervenants dans la chaîne du commerce extérieur.
A ce propos, le même intervenant a indiqué que le Secrétariat général du Gouvernement a approuvé le projet du décret exécutif en juin 2020, qui se trouve actuellement en attente de ratification définitive par les hautes autorités. Des conventions bilatérales et multilatérales seront conclues à l’effet d’encadrer l’opération d’échange de documents et de données informatisés.

Lancement du guichet unique des douanes dans les semaines à venir
Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane a annoncé, mardi à Alger, le lancement dans les semaines à venir, du service du guichet unique pour les douanes algériennes. Il a précisé que ce guichet unique aura «un rôle prépondérant dans la facilitation et la sécurisation des opérations économiques extérieures du pays». Le premier argentier du pays a indiqué que le changement attendu dans le corps des douanes impliquait la réunion des conditions nécessaires pour s’ouvrir à l’économie mondiale notamment à travers les zones de libre échange arabe, africaine et régionale.
A cette occasion, le ministre des Finances a mis l’accent sur la nécessité de «s’adapter aux évolutions économiques mondiales par la mobilisation totale et l’aptitude à relever les défis, à protéger l’économie nationale et à contribuer à la promotion du commerce extérieur à la faveur de l’assouplissement des procédures d’exportation du produit national et de la lutte contre toute forme de fraude douanière telle que la surfacturation». M. Benabderrahmane a évoqué le lancement du chantier de révision de la loi relative aux douanes pour être en adéquation avec les nouvelles orientations économiques basées sur l’élaboration d’une véritable politique des exportations hors hydrocarbures et l’encadrement des opérations d’importation.
Cette révision permettra de «lever toute ambiguïté et de consacrer le corps des douanes en tant qu’outil efficace pour la protection de l’économie nationale et un accompagnateur sûr de l’opérateur économique», a-t-il soutenu. Il a, par ailleurs, mis en avant la nécessité de parachever le processus de numérisation de la gestion de l’administration douanière, inscrit parmi les priorités du Plan d’action du Gouvernement, citant le nouveau système informatique dont la réalisation est «actuellement à sa phase finale».
L’administration des douanes veille, dans le cadre de l’application des instructions du président de la République et du plan d’action du Gouvernement, à contribuer à l’édification d’une économie diversifiée hors hydrocarbures basée sur une véritable industrie, la rationalisation des importations et le soutien des exportations, à travers la modernisation de son administration et la lutte contre la bureaucratie, a affirmé le Directeur général des Douanes, Noureddine Khaldi. Le DG des Douanes algériennes a indiqué que l’administration des douanes «continuera avec fermeté et détermination à orienter les efforts et à adopter les nouvelles techniques prévues dans le nouveau système informatique, en vue de développer les moyens et modalités de franchise numérique et d’utiliser la technologie pour un contrôle efficace et une meilleure gestion du dédouanement». Les services des douanes œuvrent actuellement à simplifier les procédures douanières relatives au commerce électronique fortement utilisé notamment en ce temps de pandémie (Covid-19), et ce conformément aux normes d’encadrement approuvées par l’Organisation mondiale des douanes, a-t-il soutenu. Il a ajouté que l’administration des douanes aspire, à travers sa stratégie globale, à relever les défis posés dans les domaines, socio-économique, environnemental, sanitaire et sécuritaire, notamment en cette année marquée par la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus. Les services des douanes veillent également à faire face à la fraude et à toute atteinte à l’économie nationale, et à investir dans le capital humain pour améliorer les conditions de travail et la carrière professionnelle des agents, en sus de renforcer leur rôle, a souligné le même responsable, mettant en avant le rôle des douanes dans la préservation de la propriété intellectuelle et du climat d’investissement. Il a cité, par ailleurs, la mobilisation de tous les mécanismes de travail et de traitement douanier et l’utilisation des nouvelles technologies dans la gestion des différentes opérations douanières, en plus des mécanismes de contrôle utilisés dans la lutte contre les différentes formes de contrebande et de crimes économiques transfrontaliers pour défendre l’économie nationale.
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a insisté sur la nécessité de simplifier les procédures douanières et de lutter contre «les lourdeurs bureaucratiques» pour améliorer l’attractivité des investissements en Algérie. M. Djerad a souligné que la réforme de l’administration douanière constituait «un axe essentiel» dans le programme du président de la République et du plan d’action du Gouvernement, d’où l’impératif d’adapter les textes régissant cette activité, d’opter pour la numérisation et la simplification des procédures et de lutter «contre les lourdeurs bureaucratiques préjudiciables à l’attractivité des investissements dans notre pays». Pour le Premier ministre, les douanes algériennes sont à l’avant-garde en matière de protection de l’économie nationale et des intérêts économiques du pays, en veillant au respect de la législation et règlement en vigueur relatifs à la circulation transfrontalière des marchandises, et à la lutte contre le trafic illicite, la contrebande, le blanchiment d’argent et le crime organisé transfrontalier pour protéger l’économie nationale et préserver la sécurité des citoyens. Les Douanes œuvrent à la promotion de la concurrence loyale entre les opérateurs et à l’encouragement de l’investissement et de la production des marchandises et des services, outre la contribution à la réalisation des équilibres financiers, à travers le recouvrement des droits et des taxes, a-t-il soutenu. Les Douanes sont également une institution aidant à la prise de décisions économiques et stratégiques, à la faveur de la collecte, de l’ajustement et de l’analyse des statistiques relatives au commerce extérieur, a-t-il expliqué. Partant, les Douanes sont appelés à «participer aux grandes réformes lancées par l’Etat pour la redynamisation de l’économie et la mise en place d’un nouveau modèle économique, à travers le renforcement de la protection de la production nationale et la contribution à l’amélioration du climat des affaires et à l’assainissement des domaines économique et commercial, en accompagnant la concrétisation d’une politique commerciale maîtrisée vis-à-vis de nos partenaires à même de servir les intérêts stratégiques de notre pays, de faciliter les exportations et d’investir les marchés extérieurs».
B. K.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here